Le colonel Parker est un autre personnage important dans la vie d'Elvis. Aimait-il Elvis ? (Sonia)

Oui, il l'aimait. (Joe)

Selon vous, il a pris les décisions qu'il a prises parce qu'il l'aimait ou parce qu'il voulait faire de lui une vedette ? (Sonia)

Il voulait en faire une star, il voulait gagner beaucoup d'argent, et il voulait bien s'y prendre. Le colonel a fait des erreurs, comme tout le monde. Ensemble, Elvis et lui formaient une équipe. Personne ne savait aussi bien s'y prendre avec Elvis que le colonel Parker. Elvis était très entêté ! Le colonel ne l'a pas sur utilisé, comme le font beaucoup d'imprésarios. Il n'a pris aucun autre artiste sous son aile ; il ne s'occupait que d'Elvis, parce qu'il l'aimait beaucoup. Il savait comment le traiter, et c'est pourquoi Elvis est devenu si populaire et l'est resté. Elvis était très déçu de sa carrière au cinéma, il trouvait ses rôles ridicules. Le colonel a joué pour beaucoup dans les décisions d'Elvis ; entre autres, il l'a encouragé à refuser le rôle dans A Star is Born, et pourtant... Il y avait de bonnes raisons pour qu'il refuse. Entre autres, Barbra Streisand était très difficile. (Joe)

Les auriez-vous vus jouer ensemble ? (Sonia)

Absolument ! Ils auraient sûrement eu des prises de bec. Mais le résultat aurait été fabuleux. Ce film était parfait pour lui. Mais à l'époque... Le copain de Barbra, Jon Peters, devait réaliser le film. Il était coiffeur, pas encore réalisateur. Les acteurs ne devaient pas recevoir de cachet, mais seulement toucher un pourcentage des recettes. Le colonel n'était pas d'accord et a demandé un cachet, mais ils ont refusé. Ils exigeaient aussi que Barbra soit en tête d'affiche, et Elvis au second rang, mais le colonel les voulait côte à côte sur l'affiche. Je suis d'accord avec lui. Ils ont beaucoup négocié, mais ça n'a jamais marché. Et Elvis avait entendu dire que Barbra s'appropriait le succès de ses films. J'aurais beaucoup aimé que le projet se concrétise. (Joe)

Vous étiez avec lui le jour où il est mort. Vous lui avez fait le bouche-à-bouche... (Sonia)

Non, je ne lui ai pas fait. (Joe)

Que s'est-il passé en ce fameux dernier jour de sa vie ? (Sonia)

Nous devions partir en tournée ce soir-là et je m'occupais de tout préparer. Je devais réveiller Elvis à 16 h. À 14 h, sa copine d'alors, Ginger Alden, a téléphoné de l'étage et a parlé à Al, notre valet de chambre. Elle lui a demandé de monter, car Elvis était inconscient. Al est monté et m'a appelé sur l'interphone pour que j'aille le rejoindre. Quand je suis arrivé dans la salle de bains, Elvis gisait par terre. Je me suis penché sur lui, et j'ai tout de suite su qu'il était mort. Je l'ai retourné, mais je n'ai pas pu lui faire le bouche-à-bouche parce que sa bouche était fermée et impossible à ouvrir. J'ai essayé, mais en vain. J'ai pris le téléphone et j'ai composé le zéro pour une ambulance, car à cette époque, le 9-1-1 n'existait pas. Je lui ai fait un massage cardiaque, et ça ne donnait rien, mais j'ai continué. Lisa Marie était là, elle devait retourner en Californie ce jour-là. Ginger était avec elle dans l'embrasure de la porte de la salle de bains, et je lui ai demandé de l'éloigner de là. Je n'ai pas aimé qu'elle voie son père comme ça. L'ambulance est arrivée, et nous avons balancé Elvis... Qu'est-ce que je dis là ? J'ai l'esprit embrouillé. Nous l'avons mis sur la civière, puis dans l'ambulance. J'y suis monté avec Charlie Hodge et Dr. Nick, qui venait d'arriver. À l'hôpital, on a emmené Elvis à la salle d'urgence, on nous a emmenés dans une autre pièce. Après trente minutes d'attente, on nous a annoncé qu'Elvis nous avait quittés. C'était épouvantable, nous avons éclaté en sanglots. Il n'était plus. (Joe)

Nous voilà 25 ans plus tard. Elvis n'est plus, mais beaucoup le croient toujours vivant. D'où vient ce mythe ? (Sonia)

D'un cinglé de médecin, quelque part au... j'ai oublié l'État. Il a écrit un livre, évidemment pour faire un coup d'argent, dans lequel il affirmait traiter Elvis. Apparemment, Elvis et lui sont bons amis depuis longtemps, il a des notes d'Elvis, des photos... dont une du supposé Elvis tel qu'il est aujourd'hui : un vieil homme barbu, mince, aux cheveux blancs. Il dit même que l'enfant à ses côtés sur la photo est le fils de Lisa Marie, ce qui est faux. Le mythe dure depuis longtemps. Ce médecin est passé à la télé et à la radio en affirmant qu'Elvis est vivant, que tout était planifié, que tout son entourage est dans le coup. Il prétend qu'Elvis voulait fuir le public. C'est la chose la plus ridicule que j'aie entendue. Cet homme vivait pour la scène. Il ne pouvait pas se cacher. Beaucoup pensent qu'on avait mis un mannequin de cire dans le cercueil, ce qui est stupide. Dans son livre, le médecin prétend qu'il s'agissait d'un sans-abri qu'on avait déguisé en Elvis. Tout ce qu'il veut, c'est de l'argent. Il vend des livres, il prétend qu'il est médecin... ce que je ne crois pas, car j'ai vu quelques entrevues où il refusait de dire à quel hôpital il travaille. Mais le mythe dure depuis très longtemps. Certains l'ont vu ici et là, mais c'est ridicule. Elvis est mort le 16 août 1977. (Joe)

S'il était toujours avec nous, quelle ampleur croyez-vous qu'aurait sa popularité ? Serait-il aussi vénéré ? (Sonia)

Je suis certain d'une chose : il chanterait toujours, il ferait de la scène. C'était toute sa vie. J'espère qu'il le ferait, qu'il se serait ressaisi, qu'il serait redevenu lui-même, le Elvis que je connaissais, qu'il rendrait le public heureux et qu'il ferait du cinéma. Il voulait réaliser des films de comédie et d'action. Il adorait ces choses-là. (Joe)

1 2 3 4